Florence Parly, Ministre des Armées, était en visite officielle à la base militaire de Saint-Christol, chauffée par Idex grâce à des énergies renouvelables. L’occasion pour le Ministère de mettre en avant sa politique environnementale.
 
L’armée française a l’empreinte carbone la plus élevée de l’Etat : c’est près de 700 000 tonnes de CO2 qui étaient émises par l’armée en 2010. Depuis cette date, le Ministère a déclaré la guerre aux émissions de CO2.

Pour illustrer ce combat, Florence Parly s’est rendue au 2ème REG, l’une des unités de l’armée française les plus avancées en matière de transition énergétique, située à Saint-Christol-d’Albion (84). Nos équipes de l’agence Languedoc-Roussillon-Vaucluse y exploitent depuis 2010 le réseau de chaleur du site, qui dessert à plus de 80 bâtiments des énergies renouvelables. Ce réseau est notamment alimenté par un champ solaire thermique, conçu par la start-up Helioclim.

Comment ça marche ?

Quand on pense à l'énergie solaire, on pense naturellement aux panneaux photovoltaïques. Il s'agit ici de concentrateurs solaires : plutôt que de produire du courant électrique en exposant à la lumière des cellules de silicium, les installations d’Helioclim sont des miroirs incurvés, appelés absorbeurs, qui concentrent la chaleur sur des tubes de verre, appelés récepteurs.

Le soleil se reflète sur les miroirs pour chauffer le tube en verre, dans lequel circule l'eau du réseau.

L’eau contenue dans ces tubes peut être chauffée jusqu’à 200°C, puis est envoyée dans les sous-stations qui distribuent la chaleur aux différents bâtiments du site. En été, ce seul champ solaire de 750m² est suffisant à répondre aux besoins de chaleur de la base. L’hiver, une chaufferie biomasse vient compléter la production de chaleur, le tout permettant de réduire de 90% les émissions de CO2 du 2e REG.